Articles Tagués ‘népal’

Les poupées traditionnelles népalaises sont des cadeaux souvenirs très communs à tous les visiteurs du Népal. Ces poupées reproduisent la culture népalaises et ses multiples ethnies, respectant les codes vestimentaires de chacune.

Codes vestimentaires traditionnels qui l’on retrouve dans les festivals religieux, dans les cérémonies ou lors des rituels. Ces poupées représentent diverses ethnies telle s que les Newari (Newars), les Maithili (Mithila),  les Jyapu, les Sherpa, les Magar, les Gurungs,…

L’organisation de la société népalaise est très complexe. Le ressensement de 2001 a comptabilisé pas moins de 103 groupes ethniques. La coexistance sur le même territoire d’une société de castes et de nombreux groupes ethniques forment la richesse culturelle de ce pays très pauvre.

On distinguera 2 grands groupes : les Indo-Népalais et les Tibéto-Népalais. Chaque groupe est composé de nombreuses castes pour les Indo-Népalais et tribus et ethnies pour les Tibéto-Népalais.

Il y a une cinquantaine de langues et dialectes parlés au Népal, regroupées dans les familles linguistiques indo-européennes et tibéto-birmane. La langue parlé à 90% par la population étant le Népali.

Les Sherpas, Magars, Gurungs, Tamangs et Rais appartiennent au groupe de Tibéto-Népalais.

Les Indo-Népalais, d’origine indo-européenne, sont de foi hindouiste et parlent le Népali pour la majorité. Ils arrivent d’Inde où ils appartenaient aux castes « supérieures » des Brahmanes et des Kshatriyas. Ils sont devenus rapidement influents.

Les Newars, premiers habitants de la vallée de Kathmandou, forment  un groupe à part. Leur langue, le Newari est de souche tibéto-birmane. Bouddhistes à l’origine, au contact des populations indo-aryennes venues de l’Inde, ils ont adopté des éléments de la culture indienne en intégrant l’hindouisme et le système des castes à leurs croyances bouddhistes. Ils ont bâti une civilisation qui a profondément marqué le Népal.

Ces poupées traditionnelles représentent les différentes ethnies népalaises et leur particularités vestimentaires

Elles sont réalisées à partir de papier, de coton, de nylon, de bois, …, elles sont ensuite peintes et habillées.

Nous proposons ces poupées dans notre menu Artisanat.

Publicités

Le chemmar est utilisé lors des célébrations du Losar, le nouvel an tibétain. La tsampa (farine d´orge grillée) et l´avoine sont mis dedans.

 

Le nouvel an tibétain est l'occasion de nombreuses offrandes.

Nous vous proposons des chemars dans la rubrique Artisanat

Les chemmars sont sculptés et peints à la main.

Les encens tibétains sont composés de poudre de bois, de plantes, et de résines récoltées dans l’Himalaya.

Ils ne contiennent aucun agent de synthèse, agglomérat chimique, parfum ou huile essentielle artificiel, colorant.

L’agglomération des poudres obtenue est faite à l’eau. La pâte obtenue est roulée à la main sous forme de bâtonnets qui sont ensuite découpés et séchés.

La composition, réalisée selon les recettes de sages et de médecins reconnus des différentes écoles spirituelles tibétaines, reste secrète. Selon les variétés, l’encens comprend entre 25 et 130 composants diff

De leur composition dépend leur usage. Certains encens sont utilisés pour la méditation et les offrandes rituelles, d’autres comme ´plantes médicinales´ afin d’apaiser, de relaxer, d’harmoniser ou de soulager les tensions et les désordres énergétiques. En effet, les tensions, le stress et les traumatismes sont analysés par la médecine tibétaine comme provenant d’un déséquilibre des différents ´vents´ (r’Lung en tibétain).

Les feuilles, branches, racines, herbes, sont d'abord réduits en poudre.

La poudre est transformée en pate pour etre ensuite roulée en longs fils.

Les fils obtenus sont étirés en ligne droite pour etre découpées et mises à sécher.

Une fois séchés, les batonnets sont assemblés en rouleaux et empaquetés.

Voila, ils sont prêts à être vendus et brûlés !

Nous souhaitons vous présenter les producteurs avec lesquels nous travaillons afin que vous jugiez vous même de leur implication équitable, éthique ou solidaire.

Les encens sont pour la plupart fabriqués par des nonnes au sein des nonneries (monastères de femmes)

 

Nous avons détaillé leur activité, la manière dont ils travaillent, leur conscience sociale et les moyens qu’ils mettent en place à ce niveau, leur implication environnementale.

Comme vous le verrez, beaucoup d’entre eux sont de toutes petites structures qui se sont construites au sein d’une ethnie ou d’un village, permettant de créer des emplois au sein de la communauté à laquelle ils appartiennent.

Au niveau des structures intermédiaires, le principe est différent car ces structures travaillent directement avec plusieurs dizaines d’artisans, chacun basés directement dans leurs villages dans les montagnes environnantes. Ces travailleurs à domicile reçoivent les commandes, fabriquent les produits et les ramènent à Kathmandou lorsqu’ils sont prêts. Cela explique d’ailleurs pourquoi nous pouvons parfois avoir un retard sur la livraison d’une référence. En effet, il suffit d’une période de mauvais temps pour que l’article ne soit pas livré dans les temps et intègre alors la livraison suivante…

Tissage manuel au coin d'un balcon pour profiter de la douceur de l'ombre

Vous noterez qu’ils n’appartiennent pas à un réseau officiel de commerce équitable. Et pourtant, nous risquons de vous étonner en vous disant que la plupart d’entre eux sont des fournisseurs réguliers des principales ONG népalaises validées par les grands réseaux internationaux de commerce équitable…. En fait, le réseau équitable népalais ne comprend que des ONG et non pas des entreprises hors nos artisans travaillant soit indépendement, soit au sein de petites entreprises ou ateliers, ne peuvent s’enregistrer au sein de tels réseaux.

C’est domage car une organisation occidentale achètera un produit ”équitable” auprès de l’ONG équitable népalaise et pourra le faire labelliser équitable.
Nous achetons le même produit, non pas auprès de l’ONG équitable népalaise mais directement auprès du producteur qui à la source est l’artisant ayant réalisé ce produit mais là, ”il ne serait plus équitable” aux yeux de certains groupes (nous avons en effet été refusés de participation à un récent salon équitable par exemple).

Dernière retouche à la fabrication d'un tapis tibétain

Donc tel qu’on l’a vu, la majorité de nos artisans sont les producteurs des produits que les ONG népalaises officiellement labellisées équitables achètent et revendent aux associations, organisations et boutiques officiellement labellisées équitables en Occident. Nous avons cherché à en savoir plus et nous leur avons donc demandé pourquoi ils ne se mettent pas sous un statut ONG pour se faire labelliser et ce qu’ils pensaient de cette situation.

  • ”nous pourrions facilement être membre du réseau de commerce équitable mais nous pensons que ça n’est que de la politique et que dans le fond il n’y a rien de particulier de réalisé sur le terrain. Nous pratiquons nous même les principes du commerce équitable vis à vis de nos clients et de nos clients et ça nous semble être l’essentiel. Nous fournissons d’ailleurs 3 ONG népalaises labellisées commerce équitable.
  • ”pour être labellisé équitable, nous devons être une ONG alors que nous sommes une entreprise avec employeur et employés aussi nous ne pouvons intégrer le réseau équitable bien que nous fournissions nos produits à plusieurs ONG labellisées équitables
  • ”trop cher à notre niveau mais nous vendons nos produits aux ONG népalaise labellisées équitables
  • ”la procédure d’enregistrement est trop compliquée” a été indiqué à plusieurs reprises
  • Voila, tout est dit, nous vous laissons méditer tout ça. La logique ”label équitable”, ”équitable”, ”solidaire” ou ”éthique” est complexe aussi nous choisissons de vous laisser le libre arbitre quant à décider de la valeur de nos produits et des artisans qui les réalisent….